Une équipe internationale a révélé que la consommation de café réduit le risque de cancer de l’endomètre chez les femmes. L’étude a été intitulée «Investigation des facteurs alimentaires et du risque de cancer de l’endomètre »

Le cancer de l’endomètre est un cancer de l’utérus de la femme. Il commence dans la couche de cellules qui forment la muqueuse (endomètre) de l’utérus. Le cancer de l’endomètre est considéré comme le cancer le plus fréquent des organes reproducteurs féminins, touchant une femme sur 37 au total. La maladie est, cependant, rare chez les femmes de moins de 45 ans.

Ce type de cancer est souvent détecté à un stade précoce, car le premier signe est généralement un saignement vaginal anormal, ce qui incite les femmes à consulter leur médecin. L’option de traitement principale est l’ablation chirurgicale de l’utérus.

Les causes exactes du cancer de l’endomètre ne sont pas claires, mais il a été suggéré que des facteurs comme l’obésité, le diabète, les déséquilibres hormonaux et un régime alimentaire malsain peuvent contribuer au risque de développer ce type de cancer. Dans l’étude, les chercheurs ont analysé l’impact des facteurs alimentaires sur le risque de cancer de l’endomètre.

L’équipe de recherche a évalué 1 303 femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre ayant participé à l’étude. Les chercheurs ont analysé les données sur les questionnaires alimentaires et ont étudié le lien possible entre 84 aliments et nutriments spécifiques et le risque de cancer de l’endomètre.

Les chercheurs ont identifié neuf aliments et nutriments potentiellement liés (positivement ou négativement) au risque de cancer de l’endomètre, à savoir les glucides, les graisses totales, les gras mono-insaturés, le beurre, le phosphore, le fromage, les pommes de terre, le yogourt et le café.

Pour valider les résultats, l’équipe a analysé 1 531 femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre qui avaient participées à l’étude sur la santé des infirmières (NHS) ou à l’étude sur la santé des infirmières II (NHSII). Les chercheurs ont été incapables de confirmer leurs résultats pour huit des facteurs alimentaires dans les cohortes NHS / NHSII, la seule exception étant le café.

Le café a été associé négativement au risque de cancer de l’endomètre dans les trois études analysées. L’équipe a constaté que les femmes qui consomment trois à quatre tasses de café par jour ont une réduction du risque de cancer de l’endomètre de 19% (cohorte EPIC) ou 18% (cohortes NHS / NHSII) par rapport aux femmes qui ne boivent pas de café ou boire moins d’une tasse par jour.

“La consommation de café mérite d’être étudiée plus en détail, pour voir si le café peut être utilisé pour la prévention du cancer de l’endomètre”, a déclaré le Dr Melissa A. Merritt, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de presse. “Cependant, avant que des recommandations cliniques puissent être faites, d’autres études sont nécessaires pour évaluer cette question dans d’autres études et essayer d’isoler les composants du café qui peuvent être responsables de toute influence sur le cancer de l’endomètre.”