L’endométriose est une maladie fréquente, dans laquelle le tissu qui tapisse normalement l’intérieur de l’utérus (l’endomètre) se développe en dehors de votre utérus. Il peut apparaître dans de nombreux endroits, y compris les ovaires, les trompes de Fallope, à l’intérieur du ventre et dans ou autour de la vessie ou de l’intestin. Rarement, le tissu endométrial peut se propager au-delà des organes pelviens.

Mais pourquoi je ressens des symptômes?

Aspect endométrioseChez les patientes atteintes d’endométriose, le tissu de l’endomètre présent en dehors de l’utérus continue à agir comme il le ferait normalement à l’intérieur de l’utérus, sous la dépendance du système hormonal. Ce tissu s’épaissit, se décompose et saigne à chaque cycle menstruel. Les zones de tissu endométrial trouvées dans des endroits ectopiques sont appelés implants de l’endomètre.

Ces lésions se rencontrent le plus souvent sur les ovaires, les trompes de Fallope, la surface de l’utérus, les intestins et sur la muqueuse de la cavité pelvienne (c’est-à-dire le péritoine). Ils sont moins souvent trouvés dans le vagin, le col de l’utérus et la vessie.

Lorsque l’endométriose implique les ovaires, des kystes appelés endométriomes peuvent se former. Les tissus environnants peuvent devenir irrités, développant ainsi des tissus cicatriciels et des adhérences ainsi qu’un accolement anormal des organes pelviens l’un à l’autre. L’endométriose peut causer des douleurs, parfois sévères, surtout pendant vos règles. Des problèmes de fertilité peuvent également être présents. C’est une condition à long terme qui peut avoir un impact significatif sur votre vie, mais il existe des traitements qui peuvent vous aider. L’endométriose affecte principalement les filles et les femmes en âge de procréer. Il est moins fréquent chez les femmes qui sont ménopausées. Il est important de se rappeler que:

  • L’endométriose n’est pas une infection.
  • L’endométriose n’est pas contagieuse.
  • L’endométriose n’est pas un cancer.

Quels sont les signes et symptômes de l’endométriose?

Les symptômes de l’endométriose peuvent varier. Certaines femmes sont gravement affectées, tandis que d’autres pourraient ne pas avoir de symptômes marqués. Bien qu’il soit possible qu’une femme atteinte d’endométriose ne ressente aucun symptôme, l’endométriose se manifeste souvent par une douleur pelvienne aggravée en période de règle. Les signes et symptômes communs de l’endométriose peuvent inclure:

  • Une douleur au moment de la période génitale (dysménorrhées), qui n’est pas soulagée par des analgésiques. La douleur pelvienne et les crampes peuvent commencer avant vos règles, et s’étendre sur plusieurs jours. Vous pouvez également sentir des douleurs au bas du dos et au niveau de l’abdomen.
  • Une douleur pelvienne, qui peut se produire juste au moment de votre période menstruelle; ou vous pouvez l’avoir tout le temps.
  • Une douleur lors des rapports sexuels. La douleur pendant ou après le rapport sexuel est fréquente avec l’endométriose.
  • Des crampes ou des douleurs lors des mouvements intestinaux ou de la miction.
  • Un saignement excessif: Vous pouvez rencontrer occasionnellement des règles abondantes (ménorragie), ou des saignements entre les règles (métrorragie).
  • L’infertilité : la notion d’infertilité est très fréquemment rapportée chez les patientes présentant une endométriose.
  • D’autres symptômes, telle une fatigue chronique, une diarrhée, une constipation, des urines sanglantes (en particulier pendant la menstruation), des ballonnements ou des nausées, surtout pendant les règles.

Ces signes d’endométriose sont-ils typiques ?

L’intensité de la douleur peut varier entre 2 mois successifs, et peut varier considérablement d’une personne à l’autre. Certaines femmes présentent une aggravation progressive des symptômes, tandis que d’autres peuvent avoir une amélioration ou une résolution de la douleur sans traitement. La gravité de votre douleur n’est pas nécessairement un indicateur fiable de l’étendue de la maladie. La douleur pelvienne chez les femmes atteintes d’endométriose dépend en partie de l’emplacement des implants endométriaux de l’endométriose. Les implants les plus profonds, et les implants dans les zones de haute densité nerveuse, sont plus susceptibles de produire de la douleur.

L’endométriose peut être l’une des raisons de l’infertilité pour les couples par ailleurs en bonne santé. Lorsque les examens laparoscopiques sont effectués lors des évaluations de l’infertilité, les implants sont souvent trouvés chez les individus qui sont totalement asymptomatiques. Les raisons de la diminution de la fertilité chez de nombreux patients atteints d’endométriose ne sont pas totalement comprises. L’endométriose peut inciter la formation de tissu cicatriciel dans le bassin. Si les ovaires et les trompes de Fallope sont impliqués, les processus mécaniques impliqués dans le transfert des œufs fécondés dans les tubes peuvent être modifiés.

Alternativement, les lésions endométriosiques peuvent produire des substances inflammatoires qui affectent négativement l’ovulation, la fécondation et l’implantation. L’endométriose est parfois confondue avec d’autres affections pouvant causer des douleurs pelviennes, comme une maladie inflammatoire pelvienne ou des kystes de l’ovaire. Il peut être confondu avec le syndrome du côlon irritable, une affection qui provoque des accès de diarrhée, de constipation et de crampes abdominales. Pour certaines femmes, l’endométriose peut les empêcher de faire leurs activités normales, et cela peut parfois mener à des sentiments de dépression.

Quand faut-il voir votre médecin ou gynécologue ?

Il est important de consultez votre médecin si vous présentez des signes et des symptômes pouvant indiquer une endométriose. Le fait de noter vos symptômes avant de voir votre médecin, peut vous être utile. Il peut être difficile de diagnostiquer l’endométriose parce que les symptômes peuvent varier considérablement, et de nombreuses autres conditions peuvent causer des symptômes similaires.

Si votre médecin généraliste ne sait pas ce qui cause vos symptômes, il peut vous référer à un médecin spécialiste (gynécologue) pour d’autres tests et avis spécialisé. L’endométriose peut être une condition difficile à gérer. Un diagnostic précoce, une équipe médicale multidisciplinaire et une compréhension de votre diagnostic peuvent entraîner une meilleure prise en charge de vos symptômes.

Existe-t-il un bilan ou un test pour confirmer le diagnostic de l’endométriose ?

Pour diagnostiquer l’endométriose et d’autres conditions qui peuvent causer des douleurs pelviennes, votre gynécologue vous demandera de décrire vos symptômes, y compris l’emplacement de votre douleur et quand elle se produit. Les tests pour confirmer l’endométriose comprennent:

Examen pelvien :

Lors d’un examen pelvien, votre médecin palpe manuellement les zones du bassin pour détecter des anomalies, comme des kystes sur vos organes reproducteurs ou des cicatrices derrière l’utérus. Cet examen inclut souvent la vérification du vagin et du rectum, à la recherche de nodule et d’implants endométriosiques.

L’échographie abdominale et pelvienne :

Ce test utilise des ondes sonores haute fréquence pour créer des images de l’intérieur de votre corps. La sonde utilisée pour les ultrasons et soit une sonde abdominale (sus- pubienne) ou une sonde insérée dans votre vagin (échographie transvaginale). Les deux types d’ultrasons peuvent être faits pour obtenir la meilleure vue de vos organes reproducteurs. L’imagerie échographique ne définit pas définitivement votre médecin si vous avez l’endométriose, mais il peut identifier les kystes associés à l’endométriose (endométriomes).

La laparoscopie :

la seule méthode qui permet de confirmer le diagnostic de l’endométriose. Il s’agit d’une technique chirurgicale, qui utilise des instrument de vision pour regarder à l’intérieur de votre abdomen pour des signes d’endométriose, ceci est fait en utilisant une procédure chirurgicale appelée laparoscopie.

Pendant que vous êtes sous anesthésie générale, votre chirurgien fait une petite incision de 5 à 12 mm près de votre nombril, et insère un instrument de vision mince (laparoscope), à ​​la recherche d’un tissu endométrial en dehors de l’utérus, avec, le plus souvent une prise d’échantillons de tissus (biopsie). Parfois, des biopsies aléatoires obtenues au cours de la laparoscopie montrent une endométriose microscopique, même si aucun implant n’est visualisé.

La laparoscopie peut fournir des informations sur l’emplacement, l’étendue et la taille des implants de l’endomètre, pour aider à déterminer les meilleures options de traitement. L’échographie pelvienne et la laparoscopie sont également importantes dans l’exclusion des tumeurs malignes (telles que le cancer de l’ovaire), qui peuvent causer des symptômes qui ressemblent aux symptômes de l’endométriose.

Quelles sont les causes de l’endométriose?

Bien que la cause exacte de l’endométriose ne soit pas certaine, plusieurs hypothèses ont essayé d’expliquer le mécanisme physiopathologique de son apparition:

Menstruation rétrograde :

le sang menstruel contenant des cellules de l’endomètre, retourne à travers les trompes de Fallope dans la cavité pelvienne, au lieu de sortir du corps par le vagin. Ces cellules endométriales déplacées collent aux parois pelviennes et aux surfaces des organes pelviens, où elles poussent et continuent à s’épaissir et à saigner au cours de chaque cycle menstruel. La cause de cette menstruation rétrograde n’est pas clairement comprise. Il est clair que la menstruation rétrograde n’est pas la seule cause de l’endométriose, car de nombreuses femmes qui ont des menstruations rétrogrades ne développent pas la maladie.

Transformation cellulaire embryonnaire :

Une autre possibilité, est que les régions qui tapissent les organes pelviens, possèdent des cellules primitives capables de se développer en d’autres formes de tissu, comme l’endomètre.

Transformation des cellules péritonéales :

Les experts proposent que les hormones, ou les facteurs immunitaires, favorisent la transformation des cellules péritonéales (cellules qui tapissent le côté interne de votre abdomen) en cellules de l’endomètre.

La théorie génétique :

La condition tend à se voir chez plusieurs membres de la même famille, et affecte les personnes de certains groupes ethniques plus que d’autres.

La théorie du transfert cellulaire :

Il est également probable, que le transfert direct des tissus de l’endomètre au moment de la chirurgie, soit responsable des implants d’endométriose retrouvés occasionnellement dans les cicatrices chirurgicales (épisiotomie ou césarienne, par exemple). Le transfert des cellules endométriales par le système sanguin ou lymphatique, est l’explication la plus plausible pour les rares cas d’endométriose qui se trouvent dans le cerveau et d’autres organes éloignés du bassin.

Trouble du système immunitaire :

Il est possible, qu’un problème avec le système immunitaire puisse rendre le corps incapable de reconnaître et de détruire le tissu de l’endomètre qui se développe en dehors de l’utérus. Mais aucune de ces théories n’explique pleinement pourquoi l’endométriose se produit. Il est probable que la condition est causée par une combinaison de différents facteurs.

Voir plus sur les causes de l’endométriose.

Les facteurs de risque de l’endométriose

Plusieurs facteurs mettent la femme à un plus grand risque de développer l’endométriose, tels que:

  • Un ou plusieurs parents (mère, tante ou sœur) atteints d’endométriose.
  • Commencer vos règles à un âge précoce.
  • Passer à travers la ménopause à un âge plus avancé.
  • Les cycles menstruels courts – par exemple, moins de 27 jours.
  • Ne jamais donner naissance ou absence de grossesse.
  • Faible indice de masse corporelle.
  • Consommation d’alcool.
  • Avoir des niveaux plus élevés d’œstrogène dans votre corps, ou une plus grande exposition à vie aux œstrogènes que votre corps produit (thérapeutiques hormonales).
  • Toute condition médicale qui empêche le passage normal du flux menstruel hors du corps.
  • Certaines anomalies utérines.

L’endométriose se développe généralement plusieurs années après le début de la menstruation (ménarche). Les signes et les symptômes de l’endométriose se terminent temporairement avec la grossesse, et se terminent de façon permanente par la ménopause, sauf si vous prenez des œstrogènes.

Plus sur les facteurs de risque de l’endométriose.

Quelles sont les stades de l’endométriose?

L’endométriose est classifiée en quatre stades :

  • Stade 1 : endométriose minimale
  • Stade 2 : endométriose légère
  • Stade 3 : endométriose modérée
  • Stade 4 : endométriose sévère.

Cette classification se base sur l’emplacement exact, l’étendue et la profondeur des implants d’endométriose, ainsi que sur la présence et la sévérité du tissu cicatriciel, et la présence et la taille des implants de l’endomètre dans les ovaires. La plupart des cas d’endométriose sont classés comme minimes ou bénignes, ce qui signifie qu’il y a des implants superficiels et des cicatrices légères. L’endométriose modérée et sévère se traduit généralement par des kystes et des cicatrices plus sévères. Le stade de l’endométriose n’est pas lié au degré de symptômes qu’une femme éprouve, mais l’infertilité est fréquente avec l’endométriose de stade III ou IV.

Plus sur les stades de l’endométriose.

Faire face à l’endométriose

L’endométriose peut être une condition difficile à traiter, physiquement et émotionnellement. En plus du soutien de votre médecin, il peut être utile de contacter un groupe de soutien pour obtenir des informations et des conseils.

Les complications de l’endométriose

Les complications de l’endométriose sont fréquentes.

Endométriose et de l’infertilité?

L’endométriose peut être associée à de graves problèmes de douleur et de fertilité. Environ 40% des femmes atteintes d’endométriose ont une difficulté à concevoir. La raison de ceci n’est pas bien comprise. La cicatrisation fibreuse des lésions endométriosiques avec constitution d’adhérences, ou l’implication des facteurs hormonaux dans la physio-pathogénie de l’endométriose peuvent être incriminés. Mais il faut savoir aussi que, de  nombreuses femmes atteintes d’endométriose confirmée sont capables de concevoir sans difficulté, en particulier si la maladie est légère ou modérée. On estime que, jusqu’à 70% des femmes atteintes d’endométriose légère ou modérée vont concevoir dans les trois ans sans traitement spécifique.

Endométriose et risque du cancer de l’ovaire?

Le cancer de l’ovaire se produit à des taux plus élevés chez les femmes atteintes d’endométriose. Mais le risque global de cancer de l’ovaire est relativement faible. L’utilisation de pilules contraceptives orales combinées (CO), parfois utilisées dans le traitement de l’endométriose, semble réduire significativement ce risque.

Voir aussi endométriose de la vessie, et endométriose de l’intestin.

Quel est le traitement de l’endométriose?

Le traitement de l’endométriose est généralement fait avec des médicaments ou une intervention chirurgicale. L’approche que vous et votre médecin choisirez dépendra de, la gravité de vos signes et symptômes, et du désir (ou non) de tomber enceinte. Généralement, les médecins recommandent d’abord des approches conservatrices de traitement, optant pour la chirurgie en dernier recours.

Médicaments contre la douleur de l’endometriose:

Les analgésiques anti-inflammatoires, tels que l’ibuprofène ou le naproxène, permettent de soulager les douloureuses et les crampes menstruelles. Si vous constatez que prendre la dose maximale de ces médicaments ne vous procure pas un soulagement complet, vous devrez peut-être essayer une autre approche pour gérer vos signes et symptômes.

L’hormonothérapie dans le cadre d’endometriose :

Les médicaments hormonaux et les contraceptifs, principalement, y compris la pilule combinée, le patch contraceptif, un dispositif intra-utérin (DIU) et des médicaments appelés analogues de la gonadotrophine libérant l’hormone (GnRH) Les hormones supplémentaires sont parfois efficaces pour réduire ou éliminer la douleur de l’endométriose. Mais il ne s’agit pas de solution permanente pour l’endométriose. Vous pourriez constater un retour de vos symptômes après l’arrêt du traitement.

La chirurgie de l’endométriose:

c’est une option possible dans les cas résistant au traitement médical, ou en cas d’endométriose sévère, pour détruire les plaques de tissu d’endométriose. La chirurgie est le traitement privilégié lorsqu’il existe une distorsion anatomique des organes pelviens ou une obstruction de l’intestin ou des voies urinaires. Il peut être classé comme conservateur, dans les cas où l’utérus et le tissu ovarien sont conservés, ou définitifs, ce qui implique une hystérectomie (ablation de l’utérus), avec ou sans ablation des ovaires. Votre médecin discutera des options avec vous. Parfois, ils peuvent suggérer de ne pas commencer le traitement immédiatement pour voir si vos symptômes s’améliorent d’eux-mêmes.